questions d'éthique

-0450-Socrate

[edit] Selon Foucault dans l'hémeneutique du sujet

En premier lieu, chez Socrate lui-même. Dans l'Apologie, on voit Socrate se présenter à ses juges comme le maître du souci de soi *. Il est celui qui interpelle les passants et leur dit : vous vous occupez de vos richesses, de votre réputation et des honneurs ; mais de votre vertu, et de votre âme, vous ne vous préoccupez pas. Socrate est celui qui veille à ce que ses concitoyens « se soucient d'eux-mêmes ». Or, à propos de ce rôle, Socrate dit un peu plus loin, dans la même Apologie, trois choses importantes : c'est une mission qui lui a été confiée par le dieu, et il ne l'abandonnera pas avant son dernier souffle ; c'est une tâche désintéressée, pour laquelle il ne demande aucune rétribution, il l'accomplit par pure bienveillance ; enfin, c'est une fonction utile pour la cité, plus utile même que la victoire d'un athlète à Olympie, car, en apprenant aux citoyens à s'occuper d'eux-mêmes (plutôt que de leurs biens), on leur apprend aussi à s'occuper de la cité elle-même (plutôt que de ses affaires matérielles). Au lieu de le condamner, ses juges feraient mieux de récompenser Socrate pour avoir enseigné aux autres à se soucier d'eux-mêmes.

* Platon, Apologie de Socrate, 29 e (trad. M. Croiset), Paris, Les Belles Lettres, « Collection des universités de France », 1925, pp. 157-166.